Post Top Ad

4 févr. 2014

Yann Perreau, À genoux dans le désir au Théâtre Outremont

À ceux qui s’attendent à une critique détachée et objective, je vais vous demander de passer votre chemin. Je ne connaissais que très vaguement le travail de Yann Perreau avant d’arriver au Théâtre Outremont samedi soir, mais le peu que j’avais vu me parlait déjà. Auteur, compositeur, interprète, poète à ses heures perdus, militant, j’avais hâte de le découvrir.

Lorsque les lumières se sont éteintes, c’est Sarah Bourdon qui a pris place au micro (zut une première partie non prévue, la gardienne devra attendre.) Les premières parties sont toujours risquées…Mais heureusement Sarah nous a embarqué dans son univers facilement et simplement. On a eu la chance de la revoir accompagner Yann Perreau tout au long de son concert. Cette femme est vraiment talentueuse!


Quelques chansons plus tard, Yann a fait son entrée, accompagné de ses deux musiciens (Sarah Bourdon et Jean-Alexandre Beaudoin) pour une soirée hypnotique et enivrante. Car son spectacle, basé en grande partie sur les textes du poète québécois Claude Péloquin qu’il a mis en musique dans un album intitulé À genoux dans le désir, et tout simplement grisant. Durant l’heure et demie qui est passée, il a enchaîné ses propres compositions, des reprises et bien évidemment les fameux poèmes sublimés par sa musique.

La salle s’est laissée transporter dans cet univers intimiste, au son des instruments, tantôt violents, tantôt doux. Ce chanteur sait donner de l’amour à son public et n’attend rien en retour. Durant tout le spectacle, nous avons ri, nous avons pleuré, nous avons crié avec lui. Ponctuant la plupart de ses chansons, il a su prendre son espace, malgré des hésitations, malgré une gêne, il était là bel et bien présent. Il aurait pu venir s’asseoir sur un fauteuil avec nous, que nous n’aurions pas vu la différence.



En allant voir Yann Perreau en concert j’ai eu l’impression de voir planer autour de lui Serge Gainsbourg, William Sheller ou encore Jacques Higelin…et lui-même. Insolent, moqueur, joueur, il a réussi à toucher son public et à le transporter dans son univers. Car ce monsieur- là s’y connait en scène et la mise en scène, avec ses jeux d’ombres, ses vidéos et son ambiance café-théâtre, était très réussie.

Mon seul regret? C’était la dernière représentation de Yann Perreau à Montréal. Je vous invite toutefois à le suivre car il va donner des représentations en région. Que vous soyez amateur de rock ou amoureux des mots, je vous conseille de vous procurer ses albums et de guetter ses prochains concerts!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHRONIQUEUSE
Maëlle a la culture dans le sang. Réunionnaise d’adoption, son envie de parcourir le monde l’a mené jusqu’au Québec où elle a entraîné son conjoint et sa fille qu’elle surnomme affectueusement « l’homme » et « fifille ».
Son blog | Ses billets

00 h 22 / by / 0 Comments

Aucun commentaire:

Publier un commentaire