#CARNETREUNIONNAISE

Mi-novembre. L’hiver s’installe et les rayons des magasins débordent de décorations de Noël. Cette année, je serai raisonnable et ne céderai pas à la tentation du « vert-rouge-doré, c’est Noël, où est mon sucre d’orge? »

Le rouge-vert-doré sur lequel j'avais misé pour l'un de mes premiers Noël de grande en appartement en 2010.
Je n’achèterai pas de renne à paillettes et de Père Noël chantant à tue-tête qui sortiront de mes placards poussiéreux pendant un mois sur les douze que compte l’année. Pour 2014, je fais une pierre de coup en investissant dans de la décoration de Noël que je pourrais réutiliser tout au long l’année. Quelles sont mes astuces?

  • 1 - Privilégiez les objets « mixtes » 

Sont « mixtes » toutes les décorations de Noël que les enseignes classent parmi la Collection des fêtes, mais que vous pourriez aussi acheter en temps normal pour décorer votre maison. 

Allez faire du repérage sur internet dans la rubrique Collection des fêtes de vos magasins préférés, et sélectionnez méthodiquement celles qui sont mixtes (et qui vous plaisent, bien sûr). Personnellement, j’ai fait ma liste à partir des décorations de Noël vendues chez Rona.

  • 2 - Investissez dans des décorations qui seront tendances toute l’année

Essayez de visualiser la décoration que vous voulez acheter dans votre salon ou votre chambre. Est-ce que cet adhésif mural représentant une tête de renne se fondra toujours aussi bien dans la décoration habituelle de votre appartement au mois de mars? Si la réponse est oui, alors faites-vous plaisir!

Adhésif mural décoratif à 15$ - Rona



Surfez sur les tendances : un intérieur cosy tout blanc pour un effet cocooning, le renne comme élément de décoration principal, le noir et blanc, etc. Tout est possible.

  • 3 - Détournez les objets de leurs usages habituels ou customisez-les

Les guirlandes illuminées

Restreignez-vous aux guirlandes blanches (lumières et fil). Évitez toutes celles qui clignotent parce que sur le long terme, vous aurez envie de les balancer à l’autre bout de la pièce.

Ne faites pas la même erreur que moi qui aie pris une guirlande avec des ampoules blanches, mais reliées par un fil vert. Ça donne un effet décoration cheap à toute la pièce. Après Noël, disposez-les autour d’un miroir, d’un cadre de fenêtre ou glisser la au fond d'un vase transparent.

Jeu de 50 mini-lumières à 5$ - Rona
Inspiration trouvée sur LampsPlus

Des couronnes de Noël qui se transforment en centre de table

Trouvez-en une que vous pourrez aussi bien accrocher à votre porte pour Noël qu'utiliser comme centre de table à n’importe quel moment de l’année. De mon côté, je craque pour une couronne en bois parfaite pour décorer ma porte et idéale pour habiller la table de mon salon qui a une décoration africaine.

Couronne en bois à 20$ - Rona
Inspiration trouvée sur le blogue d'Alisa Burke
Pour les customisations, faites simple. Vous pouvez par exemple ajoutez des rubans à vos lanternes et vos supports de bougies. N'hésitez pas à vous inspirer de ce que vous pourrez trouver sur Pinterest.

Grande lanterne à 37$ - Rona
Inspiration - Ballard Design

  • 4 - Lâchez-vous sur les bougies!

Pour Noël ou au quotidien, décorer son intérieur avec des bougies votives ou piliers est toujours une bonne idée. Réunissez-les par ensemble de trois ou cinq afin de les disposer à différents endroits dans la pièce. Allumez-les toutes en même temps le soir du réveillon et vous verrez la « magie » de Noël opérait instantanément. Vous pourrez ensuite les utiliser une à une lors de vos soirées cocooning par exemple.

Si vous trouvez vos bougies trop simples, pourquoi ne pas les entourer de bâtons de cannelle? Non seulement, elles dégageront une délicieuse odeur mais vous pourrez utiliser le reste des bâtons de cannelle pour faire du vin chaud!

 Bougies votives (5$) - Rona
Suggestion de Buzzfeed.

  • 5. N'achetez qu'une UNE pièce statement spécial Noël

Comme tous les looks simples, mais chics, une tenue a besoin d’une pièce statement pour sortir de l’ordinaire. Pour la décoration, c'est la même chose. Je vous propose donc de rehausser votre décoration de Noël avec un bonhomme de neige géant illuminé (OOOOLLLLAAAFFFF), une énorme peluche de Rudolph ou un Père Noël gonflable. Qu'en dites-vous?



Si vous suivez ces cinq astuces, votre 2 janvier sera plus relax que celui des années précédentes. Un p’tit coup d’aspirateur, un peu de rangement, et vous voilà prêtes et prêts à commencer 2015 du bon pied, dans une maison super bien décorée!

Vous retrouverez tous les articles de ma sélection ici.

Avez-vous d’autres astuces à me donner?

*
Article en collaboration avec Rona


MATHILDE MERCIER - RÉDACTRICE EN CHEF
Amatrice de bons vins et de bonne bouffe, Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle. Accro aux réseaux sociaux, elle est au courant des bons plans. Elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée.

Ça y est, les fêtes de fin d’année approchent à grands pas. C’était Noel avant l’heure chez Kusmi Tea la semaine dernière! 

Découvrez le thé Tsarevna pour les fêtes de fin d’année. Sa boite rouge et dorée vous rappellera l’ambiance des fêtes mais aussi Noël, la Russie impériale et la neige. À savourer sans modération!

La marque de thé Kusmi Tea, fondée en 1867 à Saint-Pétersbourg, nous a rappelé ses origines russes avec la création d’un thé qui nous transporte dans l’univers du Noël traditionnel russe. Des parfums gourmands et doux, un gout onctueux et réconfortant… c’est toute la magie de Noël que l’on retrouve dans le thé Tsarevna : du thé noir mélangé avec des écorces d’oranges, d’épices, de vanille, d’amande et de réglisse.

Pour la petite histoire, les tsarevnas, filles des tsars, se rendaient pour les fêtes de fin d’année au Palais d’Hiver de St-Pétersbourg où l’on décorait un immense sapin. La tradition russe a ainsi été soulignée toute la soirée, du décor à la musique en passant par les bouchées.

Noel avant l’heure!

Nous avons été gâtés lors de cette soirée gourmande et pétillante. Un sapin trônait dans la boutique qui avait revêtit tous les attraits d’un décor enchanteur pour la sortie de ce nouveau mélange.



Nous avons eu l’honneur d’écouter la présentation du fameux Jean-Claude Poitras, créateur et designer de mode, ainsi que conférencier, sur les influences et la place importante de la Russie dans l’inspiration d’Yves Saint-Laurent. 

L’eau (le thé) à la bouche, nous avons pris plaisir à déguster des hors d’œuvres exquis, raffinés et plus que délicieux signés Christian Faure, nommé Meilleur Chef Pâtissier du Monde. Il nous a fait le délice d’être présent et nous a dévoilé les influences et similitudes dans la gastronomie russe et française.

La boutique Harricana par Mariouche nous offrait également le plaisir créatif de confectionner notre pompom en fourrure recyclée dans un mini atelier. Pendant ce temps un espace selfTEA nous a permis de nous orner des plus belles fourrures et de nous imprégner de cet univers féerique à la russe.




Et comme il n’y a pas de sapins sans cadeaux, nous avons tous été chouchoutés avec une boite de thé Tsarevna, un sachet de the Prince Vladimir et Anastasia, un biscuit de Noël de Maison Christian Faure, un rouge à lèvre couleur hibiscus MAC, un pompom en fourrure Harricana par Mariouche et une réduction chez Lolë. Merci qui ? Merci Kusmi Tea.

Crédit photos : Courtoisie Kusmi Tea Canada.

Tsarevna - Édition limitée de Noël
Thé noir, écorces d’orange, arôme d’orange, épices, vanille, amande et réglisse
 Boîte de 250g (37,80$)
Kusmi Tea Paris - 3875 Rue St-Denis, Montréal


AMANDINE DIJOUX - RÉDACTRICE
Friande d’activités manuelles et culturelles accessibles à tous, Amandine est une curieuse dans l'âme. De la création de bijoux, à la peinture en passant par le théâtre, elle partagera avec vous ses dernières trouvailles. 


OU PARTAGEZ CE LIEN 
SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX : http://bit.ly/votezpourCarnetReunionnaise

Il y a un an, alors que Carnet d’une Réunionnaise était en lice dans trois catégories pour les MIB Awards 2013, j’écrivais « nous ne sommes qu'un grain de sable dans l’océan de la blogosphère canadienne » dans un billet où je vous invitais à voter pour notre petit blogue.


Votre participation aux votes nous a propulsés dans le Top 10 des meilleurs blogues canadiens dans la catégorie Arts et Culture selon l’agence Made in Blog. On était en pleine hallucination! C’est un peu comme si on vous disait « c’est bien ce que tu fais, continue » et que vous nous tapotiez gentiment l’épaule en signe d’encouragement. 


Aujourd’hui, notre candidature a aussi été approuvée pour l’édition 2014! Nous sommes de nouveau en lice pour le titre de meilleur blogue canadien dans la catégorie Culture et Divertissement. Nous comptons encore sur vos votes pour arriver le plus loin possible dans cette compétition qui compte près de 300 concurrents!

Comme pour l’année dernière, on ne se fait pas trop d’illusion, mais on espère encore ressentir cette vague d’encouragement qui nous avait fait pousser des ailes

Bilan des MIB Awards de 2013 et des retombées pour le blogue

En 2013, je disais aussi que participer à cette compétition canadienne nous « permettrait d’avoir une reconnaissance dans la blogosphère, ne serait-ce que montréalaise, d’être accrédités pour plus d'événements, d’organiser plus de concours, de tester plus de choses (...) ». Je ne peux pas nier l’évidence… toutes ces choses se sont réalisées. Je suis TELLEMENT HEUREUSE ET CHANCEUSE d’écrire ces mots!

L’équipe s’est agrandie, accueillant encore plus de Réunionnais, d’expatriés et même une Québécoise (Sonia, si tu passes par-là). Les anciens ont affûté leur plume, les nouveaux nous étonnent tous les jours, et la rédactrice en chef est de plus en plus débordée.


Tout ce beau monde accepte sans broncher de faire vivre le blogue, de respecter ses engagements, de consacrer leur dimanche à la rédaction d’un billet ou le montage d’une vidéo. Et vous, chers lecteurs, ti lamp ti lamp, vous êtes de plus en plus nombreux. 

Merci, merci, merci!

Le Théâtre aux Écuries présente une pièce non conventionnelle, une représentation artistique qui fait réfléchir et que je recommande au plus grand nombre. Inspirée de la vie de Talia Hallmona, Moi et l’autre raconte l'histoire d’une enfant (qui deviendra une jeune femme) qui quitte son pays, pour venir s'installer au Québec avec sa famille. 

Crédit : Louis Pascal-Legault
Née à Alexandrie, d’un père Égyptien et d’une mère gréco-italienne, la comédienne explique dès le début de la pièce la complexité de ses origines et les débats intérieurs qui la taraudent. 

Du départ de son Égypte natale, à son arrivée à Laval, la pièce soulève les questions de l’intégration au Québec, de la perception de l’autre mais aussi de la recherche de sa réelle identité au travers un récit où les rôles sont échangés à maintes reprises. 

Crédit : Louis Pascal-Legault
L’Autre devient le moi et le moi devient l’Autre. (On salue d’ailleurs la prestation de Marie-Ève Trudel qui jouait le rôle de Julie Sirois, la meilleure amie de la Talia)

Qui suis-je?  Qui suis-je pour l’autre? Pour moi? Comment devenir moi? Voilà toutes les questions que se posent Hallmona, partagée entre sa terre d’origine et sa terre d’adoption.

Concernés par le Montréal multiculturel d’aujourd’hui et la recherche identitaire et personnelle qu’il suppose, les deux auteurs (Halmona et Brullmans) et le metteur en scène Michel-Maxime Legault ont su, via l’autofiction, impliquer le public du début à la fin, sur un sujet qui nous concerne finalement aussi bien l’immigrant que le Québécois.

Un spectacle convivial

Cette émouvante pièce  se termine par le banquet final, celui du mariage de sa sœur, ou nous, public, sommes invités à manger des mets égyptiens et à se retrouver avec les artistes, auteurs et fondateurs pour discuter et partager sur la pièce et le thème abordé. Avez-vous déjà eu cette chance au théâtre?

Crédit : Louis Pascal-Legault
En tant qu’expatriée, ce sujet m'avait interpellé par son titre, et j'étais curieuse de découvrir la pièce. Ce fut une très belle surprise, tant par le lieu, une salle très conviviale et intimiste, que par le jeu des deux comédiennes. On passe du rire aux larmes en quelques minutes.  

Sur fond de poésie, la pièce est à la fois drôle et sérieuse avec une authenticité et une mise en scène qui sortent de l'ordinaire! Et que dire de l'ambiance familiale, de la proximité et du partage entre le public et les artistes. Une belle expérience!
Jusqu’au 8 novembre 


AMANDINE DIJOUX - RÉDACTRICE
Friande d’activités manuelles et culturelles accessibles à tous, Amandine est une curieuse dans l'âme. De la création de bijoux, à la peinture en passant par le théâtre, elle partagera avec vous ses dernières trouvailles. 



Née à Mulhouse d'une mère Réunionnaise, Nathalie Sansig, aka Nathalie San sur scène, a 32 ans. La jeune femme, qui a vécu sept ans au Tampon s'est installée au Québec l'année dernière pour développer ses projets musicaux. C'est à ce moment-là qu'elle a monté le collectif 'Oz Zone.
La phrase qui l'inspire : Ils ne savaient pas c’était impossible, alors ils l’ont fait - Marc Twain.
"On est quatre à faire partie du collectif. Il y a moi qui suis auteur-compositeur-interprète, ainsi que Yaru Jiang, une joueuse chinoise de guzheng (cithare chinoise), Catherine Varvaro, une Canadienne multipercussioniste qui joue les percussions du monde, africaines et indiennes, puis Benjamin Merle, un franco-canadien qui fait de la basse et du clavier", explique l'artiste dont la musique traite de sujets comme l’amour, les inégalités sociales ou encore les injustices.

Quelle place occupe la Réunion dans sa musique? Une place principalement linguistique puisqu'en plus d'écrire en français et en anglais, elle écrit aussi en créole.

"Il a fallu que j’arrive à Montréal pour me mettre à écrire des textes en créole. J'avais envie de faire rayonner la culture créole, ici, à Montréal. J’ai pris ça comme une petite mission d’ambassadrice", nous confie t-elle.

Le métissage de ses propres origines et de celui des autres membres d''Oz Zone se ressent dans leur style musical qu'on pourrait qualifier de musique du monde. Mais selon Nathalie, ce terme est trop générique.

Elle préfère celui de trad'électro. "C’est un néologisme peu usité qui définit mieux le groupe", ajoute-elle.


Nathalie affirme qu'elle avait envie de montrer un retour aux valeurs, un retour aux sources et à l’essentiel. C'est peut-être pour cela que son principal instrument n'est rien d'autre que la voix car "même si on ne parle pas la même langue, on peut tous faire la même note".
Je suis influencée par Ekova dans le style trad’électro et par Portishead dans le style trip-hop, mais aussi par des artistes de l'île de la Réunion comme René Lacaille ou Alain Peters. 
'Oz Zone va monter un spectacle musical qui sera mis en scène l’année prochaine et sera diffusé au courant de l’été 2015. On ne peut que lui souhaiter bon vent et bonne route dans ses projets musicaux à Montréal et peut être ailleurs qui sait, Pas capab’ est mort sans essayé.


RÉDACTRICE - SÉVERINE SAVIGNY
Originaire de l'île de la Réunion, Séverine adore les tartes (surtout aux fraises). Souriante même quand il fait -40, elle aime écrire. Sa passion : le mannequinat!
Sa page Facebook | Son instagram