Suivez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #CarnetReunionnaise

Carnet d'une Réunionnaise

Les beaux jours reviennent (Yeah!)! C’est la température parfaite et le temps idéal pour faire une sortie spa en fin de semaine!

Ce ne sont pas les spas qui manquent à Montréal, certes, mais pour avoir testé le Spa Ofuro à Morin Heights, je peux vous dire que l’endroit et les services valent le voyage de moins d’une heure en voiture. Avant d’aller plus loin, précisons que nous avons payé notre escapade et que ce n’était pas une invitation média.

L'une des salles de repos du Ofuro Spa
J’avais eu de bons échos sur ce spa à l’allure japonaise avec son univers zen et sa décoration dépaysante. C’est pourquoi j’y suis allée à la fin de l’été, puis cet hiver suite à ma visite estivale. Peu importe la saison, mon séjour a été agréable. 

Ce spa à « taille humaine » situé en pleine forêt propose cinq chambres à louer (ce qui assure une certaine intimité lors du séjour contrairement au spa plus grand ou intégré à un complexe), dans un cadre apaisant parfait pour faire le plein d’énergie. C’est ce qui m’a plu, en plus du décor à la fois simple et zen des chambres. On s’y sent vraiment très bien.

Dépaysement dès l'entrée du Ofuro Spa
Un petit salon, où des collations sont servies si vous le désirez, est disposé au milieu des cinq chambres. C’est aussi à cet endroit que vous pouvez prendre votre petit-déjeuner. Vous avez aussi l’option de le prendre au lit et de commencer votre journée full relax. Le personnel est aussi très agréable et serviable, absolument rien à dire.

La dégustation de temps pendant vos moments de détente est gratuite en tout temps.
Aperçu du décor de l'une des chambres du Ofuro Spa.
De belles petites maisonnettes individuelles de style japonais dédiées aux massages se trouvent aux alentours. Situé sans les bois, ce spa offre plusieurs bains extérieurs, des foyers extérieurs, deux salles de repos avec accès au sauna et hammam.

Il y a aussi plusieurs hamacs suspendu au milieu des arbres. Il y en a un grand suspendu au-dessus d’une rivière où vous pourrez vous laisser bercer par sa mélodie si vous n’avez pas le vertige. Bref, cet endroit est un petit paradis. J’ai adoré! Le site comprend bien évidement une cafétéria et une salle pour la dégustation du thé (qui est gratuite). Le seul petit moins : le chemin d’accès en gravier. 

Une fin de semaine chez Ofuro vous procurera un vrai sentiment de détente. Vous serez sur un petit nuage lundi matin à la job (avant de voir la tonne de travail qui vous attend)! 

Le spa Ofuro est à (re)découvrir! 
Avez-vous déjà visité ce spa? 
L’avez-vous autant aimé que moi?

De 11 h à 20 h du lundi au jeudi
De 10 h à 21 h du vendredi au dimanche
Tarifs | Coordonnées


Crédits photos : Toutes les photos de l'article sont disponibles sur la page Facebook du spa

AMANDINE DIJOUX - rédactrice : Friande d’activités manuelles et culturelles accessibles à tous, Amandine est une curieuse dans l'âme. De la création de bijoux, à la peinture en passant par le théâtre, elle partagera avec vous ses dernières trouvailles. 

Dans les années 1950, aux Etats-Unis, une jeune femme, Margaret Ulbrich (Amy Adams), décide de quitter son mari avec sa fille pour San Fransisco où elle espère pouvoir subvenir aux besoins de sa famille avec ses talents de peintre.


Elle se heurte très rapidement à la dure réalité : le manque de reconnaissance publique et sociale qui est laissé aux artistes femmes pendant cette période. C’est alors qu’elle rencontre Walter Keane (Christoph Waltz), ce charmeur et beau-parleur qui lui promet de réaliser tous ses rêves. 

Le couple Keane connaît très vite une aventure artistique de grande renommée qui n’est en réalité qu’une escroquerie orchestrée avec brio par Walter : ce dernier convainc Margaret de lui laisser les droits de toutes ses peintures – des portraits d’enfants aux grands yeux tristes. Il fallut à Margaret plusieurs années pour se décider à révéler au grand jour les ficelles de Walter Keane.


Tim Burton nous revient cette année avec une biopic alléchant qui a tout pour nous surprendre. Tout d’abord, ni Johnny Depp ni Helena Bonham ne sont à l’affiche de Big Eyes. Le réalisateur d’Edward aux mains d’argent (1990), de Beetlejuice (1988) et des Noces funèbres (2005), s’éloigne par ailleurs de l’univers fantastique qu’on lui connaît si bien.

Autour des thèmes du droit de l’auteur et de la création – thèmes chers à Tim Burton, Christoph Waltz et Amy Adams nous délivrent des dialogues poignants, jonglant entre le mélodrame et l’humour. 

Les scénaristes Scott Alexander et Larry Karaszewski nous dépeignent un beau portrait d’une femme qui se délivre des conventions traditionnelles pour revendiquer ses droits. Le sujet est particulièrement intéressant : il offre la possibilité d’en apprendre plus sur cette fraude artistique qui a bluffé tout le monde dans les années 1960-1970 et de se familiariser avec l’art de Margaret Keane et les débuts de la commercialisation de la culture.


Cela dit, le thème de la propriété intellectuelle et des sentiments de Margaret Keane à l’égard de son art et de son manque de reconnaissance n’est pas assez creusé. Il aurait pu être intéressant d’approfondir un peu plus sur le personnage de Margaret Keane et sa relation à ses œuvres.

Toutefois, il convient d’applaudir la prestation des deux acteurs principaux. Christoph Waltz nous offre ici une de ses meilleures prestations : sitôt charmé par ses belles paroles et promesses, on finit par vouloir sa perte. 

Quant à Amy Adams, elle parvient avec succès à offrir un portrait réaliste et déchirant d’une artiste tombée dans l’ombre de son mari. Les dialogues écrits avec justesse viennent soutenir le jeu poignant des acteurs, pour le plus grand plaisir du spectateur. Pour finir avec un jeu de mots douteux, le duo de choc Adams-Waltz nous en met plein les yeux!

Big Eyes (Les Grands Yeux) de Tim Burton
Amy Adams, Christoph Waltz, Krysten Ritter, Jason Schwartzman,
Sortie DVD au Québec : 14 avril 2015

LAURINE BENJEBRIA - rédactrice : Laurine a quitté la France pour suivre son rêve : être journaliste. Passionnée par la littérature, les séries télévisées, le cinéma et les spectacles d'humour, elle partagera  ses passions et ses découvertes sur la scène montréalaise sur le blogue.

Dans son troisième long métrage de fiction, Sophie Deraspe nous livre l’histoire d’une jeune femme, Elie qui débarque sur une île de l’Atlantique du Nord et tente de s’intégrer auprès de la population locale.


Elie devient l’objet des curiosités des habitants. Venue sur l’île en dehors des périodes touristiques et pendant la chasse aux loups marins, Elie est la seule femme venant de la ville. La réalisatrice nous dévoile petit à petit l’histoire des personnages, leur passé, leurs craintes et leur vie. 

À l’image de ses personnages, le film n’est pas très loquace : peu de dialogues rythment l’écran. Et c’est tant mieux ! Sophie Deraspe parvient à nous montrer toute la nature humaine et les relations entre les individus en se passant des mots. Le simple jeu des caméras et les regards entre les acteurs suffisent pour nous faire entrer de plain-pied dans cette vie où la nature et ses caprices sont rois.

Sophie Deraspe aborde rapidement la chasse aux loups et les questions sensibles de la lutte entre les mouvements anti-chasse aux phoques et les pêcheurs. Le récit ne prend pas partie pour cette pratique artisanale, mais aborde la méfiance de la communauté insulaire face aux autres, craignant parfois pour leur vie, car la chasse en mer est une des activités professionnelles les plus difficiles et dangereuses du monde.


C’est dans ce cycle de vie que s’insère la venue d’Elie. Elle cherche à comprendre ses origines et à retrouver ses repères après son avortement. Elle rencontre des personnes vraies et belles qui sont en communion avec la nature, malgré les périls qu’ils encourent. Sans sensationnalisme ni romantisme, les acteurs professionnels et non-professionnels parviennent à offrir un regard particulier sur la communauté isolée.

On sort de ce film troublé par le silence qui remplit le film et la salle. La direction photo nous bouleverse car ce n’est pas courant dans un film québécois de montrer les paysages et la pratique ancienne de la chasse. 

Sophie Deraspe et Philippe Lavalette CSC (le directeur photo des Loups) parviennent à révéler toute la beauté de cette nature hivernale capricieuse avec des scènes de fonte des glaces notamment. En d’autres termes, c’est un film qui vaut le détour et qui ne vous laissera pas insensible !

Les Loups de Sophie Deraspe
Cliquez ici pour voir la bande-annonce
Plus d'informations sur la sortie DVD bientôt


LAURINE BENJEBRIA - rédactrice : Laurine a quitté la France pour suivre son rêve : être journaliste. Passionnée par la littérature, les séries télévisées, le cinéma et les spectacles d'humour, elle partagera  ses passions et ses découvertes sur la scène montréalaise sur le blogue.


Je continue ma lancée sur les activités manuelles sympas à faire à Montréal. La dernière fois, je vous ai parlé du Café Céramic et de la peinture sur vaisselle. Aujourd'hui, je vous propose une activité tout aussi ludique et relaxante : la création de bijoux au Club Bead Plus.

Création de bijoux au Club Bead Plus. Crédit photo : Amandine Dijoux.
Je confectionne déjà moi-même des bijoux pour mon plaisir et celui de celles à qui j’en offre. Et parce que je suis fan des activités manuelles, je me suis fait offrir un atelier de création de bijoux groupé chez Club Bead Plus.  

La boutique est spécialisée dans la fabrication de bijoux au détail et en gros et vous offre, en plus de ses milliers de produits, des ateliers de groupe pour la confection de bijoux.

Le concept : un atelier de 2 h 30 pour créer un collier et une paire de boucles d’oreilles de son choix au sein d'un petit groupe de 6 personnes guidées par une animatrice.


Elle nous apprend les différentes techniques et nous guide pour la réalisation de nos bijoux. Vous n’avez plus qu’à laisser libre cours à vos idées, il n’y a pas de limite.

Vous avez la possibilité de prendre un forfait de plusieurs cours ou un cours à la carte pour une initiation. Aussi, cette activité est destinée à tous les âges. Comme la boutique est immense, vous aurez l’embarras du choix pour la forme, la couleur et la grosseur des perles.

Une belle activité à faire entre copines!
8259, boulevard St-Michel
Montréal, Québec  H1Z 3E4 
514-389-1616

AMANDINE DIJOUX - rédactrice : Friande d’activités manuelles et culturelles accessibles à tous, Amandine est une curieuse dans l'âme. De la création de bijoux, à la peinture en passant par le théâtre, elle partagera avec vous ses dernières trouvailles. 





Quoi faire pour se motiver à sortir de chez nous lorsque l’hiver ne veut pas se terminer? Vous pensez peut-être au patin, au ski et à toutes les autres activités extérieures d’hiver… Mais que fait-on lorsqu’on veut juste rester au chaud sans forcément rester enfermé chez soi?

Devanture du Céramic Café de Montréal - Courtoisie Céramic Café
Que fait-on quand on n’est pas du genre sportive (ou plutôt pas à l’aise avec ces activités physiques quand le thermostat annonce des températures négatives)? Je vous propose de tester une après-midi au Céramic Café!

Par une belle journée bien fraîche, j’ai testé le Céramic Café sur Saint-Denis. C’est avant tout un café dans lequel pour vous pourrez boire et manger au chaud, mais c'est aussi un endroit où vous pourrez vous amusez en faisant une activité manuelle sympa (ça peut être physique pour d’autres!) 

Lorsque vous arrivez au café-atelier, vous choisissez votre objet en céramique. De l’assiette au vase en passant par les mugs ou tirelire, vous avez amplement le choix du support. Vous vous installez ensuite à une table et choisissez vos couleurs de peinture. Une fois que vous avez fait vos différentes sélections (supports et couleurs), laissez libre cours à votre imagination et à votre créativité.

Le café-studio sert aussi des repas et des boissons chaudes. Courtoisie Céramic Café
Comptez au moins 2 à 3 heures de peinture dans votre forfait, car vous ne verrez pas le temps passé et vous y prendrez goût! J’étais au chaud avec des amies, mon chocolat chaud et un sandwich. Tout en papotant, j’ai pu peindre une assiette comme je le voulais! Tout est permis!

Transformation d'une tasse blanche en tasse personnalisée. Courtoisie Céramic Café
Nous nous sommes arrêtées seulement à la fermeture du café, car nous n’avions pas vu le temps passé. J’étais toute contente d’avoir passé un après-midi créatif, au chaud. Je l'étais encore plus quand je suis allée récupérer fièrement mon œuvre une semaine plus tard (après cuisson). 

Je trouve ce concept de café parfait pour une sortie en famille, avec les enfants, entre amis ou encore seul. Alors, à vos pinceaux!
4338, St-Denis, Montréal | Métro Mont-Royal
Ouvert dès 10 h jusqu'à 22 h et plus
Facebook | montreal@leccs.com | (514) 848-1119

AMANDINE DIJOUX - rédactrice : Friande d’activités manuelles et culturelles accessibles à tous, Amandine est une curieuse dans l'âme. De la création de bijoux, à la peinture en passant par le théâtre, elle partagera avec vous ses dernières trouvailles. 




Avez-vous déjà BIEN mangé dans un night-club? De mon côté, à part une bonne poutine bien grasse après une soirée alcoolisée, la réponse est non. Mais ça, c’était avant la soirée dégustation au Time Supper Club.

VIDÉO À LA FIN DE L'ARTICLE.

La salle à manger du Time Supper Club
L’objectif de la soirée était de tester le nouveau menu crée par John Zoumis, le chef exécutif de l'établissement depuis le mois d’octobre 2014. Ne connaissant cette adresse que de nom, et davantage pour son côté night-club que foodies, j’avais hâte de découvrir les lieux et la cuisine qui y seraient proposés.  

Je dois d’emblée vous avouer que j’avais quelques réticences au début car les commentaires les plus anciens concernant la nourriture servie dans ce club sur TripAdvisor et Yelp m’ont carrément effrayé. J’ai accepté l’invitation car il semblait y avoir un remaniement général des « habitudes » de l’établissement, à commencer par son menu.

Quelques uns des cocktails proposés par le Time Supper Club
La soirée a débuté sur la mezzanine où étaient servis verres de vin et cocktails, avant de se poursuivre à table sous les luxueux lustres de l’immense salle à manger. C’est avec une frénésie palpable que les convives et médias ont parcouru le nouveau menu. 

Il faut dire que le chef Zoumis était attendu au tournant. La barre était haute pour l’ancien chef personnel de la famille de Guy La Liberté chez Cavalli et créateur du menu du Dinerbar Deville.

La mezzanine du Time Supper Club
À la lecture du menu et face à la diversité de plats qui y sont inscrits, on sent qu’une recherche a été faite pour créer le maximum de contrastes dans les plats offerts. On y propose plusieurs types de viande ou plats végétariens. Chacun des intitulés des plats (et leurs réalisations) démontre une maîtrise des cuissons, des assaisonnements et des associations pour la plupart originales. 

Comme pour l'ouverture du Vicolo, nous avons eu un aperçu du menu (1 plat par table de 8) en goûtant à plus de la moitié des plats proposés sur la carte. Pour ma part, même s’il m’arrivait de ne pas pouvoir goûter à l’ensemble des saveurs d’un même plat partagé en 8, j’ai trouvé que certaines assiettes sortaient du lot comme le ceviche, le méli-mélo de betterave ou encore le confit de canard fondant.

Je vous invite à lire la légende des photos ci-dessous pour avoir une description détaillée des plats. En ce qui concerne la salle, elle semble idéale pour les événements corporatifs, les mariages ou tout autre événement de grande envergure.

Tartarte d’agneau, jaune d’oeuf salé, huitres tempura, tabouleh orge soufflé, avocat, hummus, harissa
Ceviche Péruvien de poisson et fruits de mer, noix de mais, citron vert, coriandre
Méli-mélo de betteraves, quinoa, canneberge, cendrillon, amandes fumées
Mozzarella di Buffala, crostini au levain, pesto roquette, onions caramélisés, lardon à l’érable, escarole braisé, anchois, sel de mer
Gravlax de thon tandoori, crème fraiche de yuzu, betterave jaune, chou-fleur
Confit de canard du Lac Brome, pomme de terre salardaise, chou de bruxelles, réduction moutarde pourpre
Crédits photos : Mathilde Mercier

Nouveau menu du chef Zoumis au Time Supper Club 
977 Rue Saint-Jacques, Montréal | (514) 392-9292
Service traiteur disponible


MATHILDE MERCIER - rédactrice en chef Amatrice de bons vins et de bonne bouffe, Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle Accro aux réseaux sociaux, elle est au courant des bons plans. Elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée. Twitter | Instagram | LinkedIn | Lire ses billets

Je suis une grande consommatrice de rouge à lèvres, avec une préférence marquée pour le rouge dans toutes ses nuances au grand dam de mon Monsieur qui lui n'aime pas les couleurs flashy ou foncées.

Mais que voulez-vous? J'aime bien ce côté rouge pétard. D'ailleurs, je ne me gêne pas pour en porter au quotidien, sans raison particulière, même quand je ne sors pas et que je suis seule à la maison.


Comme c'est bientôt la St-Valentin et que je veux aussi plaire à Monsieur pour cette occasion sans sacrifier mes goûts habituels, j'ai "renouvelé" mon stock de rouge à lèvres avec des teintes discrètes ou légèrement irisés, mais je n'ai pas oublié le bon vieux rouge que j'aime tant.

J’ai fait mon choix parmi les gammes de Marcelle et Annabelle. J'aime beaucoup ces deux marques. Leurs rouges à lèvres ne coûtent pas chers et ce sont des marques canadiennes.



Ne vous fiez pas au rose-fushia pétant de ce brillant à lèvres.

Une fois appliqué, « Flirt » apporte juste ce qu’il faut de brillance pour taper dans l’œil de votre chéri (ou futur chéri) sans ressembler à une Barbie.

La texture n’est pas collante (hyper désagréable le gloss qui colle à l'écharpe) et la couleur discrète. Environ 10$




J’ai vraiment aimé le côté passe-partout de ce brillant à lèvres. 

Je pourrais autant le porter pour une date que pour un événement professionnel. Je me demande pourquoi ils l’ont appelé « passion ».

Qu’est ce qui détermine le choix d’un nom pour un cosmétique plutôt qu’un autre? La passion a–t-elle une couleur? Environ 10$

C'est MA couleur spécial St-Valentin favorite!

Mais prévoyez plusieurs retouches pour ce rouge à lèvres mat car si la couleur est intense, elle s’estompe aussi très vite.

Après deux gorgées de vin, il faut ressortir la trousse de maquillage. De toute façon, vous ne buvez pas de vin ce mois-ci, alors ce n’est pas très grave, n’est-ce pas? À noter : il hydrate aussi les lèvres ! Environ 12 $ 



Il est beaucoup moins intense que son collègue « Amour » et idéal si vous voulez mettre l’accent sur vos yeux en contrastant avec une légère brillance sur vos lèvres.

Au quotidien, je l'applique avec un maquillage des yeux neutres. Sympa pour donner un peu de peps à un maquillage nude. Environ 12$


Et n'oubliez pas que des lèvres exfoliées et hydratées subliment n'importe quel rouge à lèvres! 


RÉDACTRICE EN CHEF
Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle, intéressée par la question de la diversité, accro aux réseaux sociaux et à l’affût des activités gratuites, elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée.