Suivez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #CarnetReunionnaise

Carnet d'une Réunionnaise

Avez-vous déjà BIEN mangé dans un night-club? De mon côté, à part une bonne poutine bien grasse après une soirée alcoolisée, la réponse est non. Mais ça, c’était avant la soirée dégustation au Time Supper Club.

VIDÉO À LA FIN DE L'ARTICLE.

La salle à manger du Time Supper Club
L’objectif de la soirée était de tester le nouveau menu crée par John Zoumis, le chef exécutif de l'établissement depuis le mois d’octobre 2014. Ne connaissant cette adresse que de nom, et davantage pour son côté night-club que foodies, j’avais hâte de découvrir les lieux et la cuisine qui y seraient proposés.  

Je dois d’emblée vous avouer que j’avais quelques réticences au début car les commentaires les plus anciens concernant la nourriture servie dans ce club sur TripAdvisor et Yelp m’ont carrément effrayé. J’ai accepté l’invitation car il semblait y avoir un remaniement général des « habitudes » de l’établissement, à commencer par son menu.

Quelques uns des cocktails proposés par le Time Supper Club
La soirée a débuté sur la mezzanine où étaient servis verres de vin et cocktails, avant de se poursuivre à table sous les luxueux lustres de l’immense salle à manger. C’est avec une frénésie palpable que les convives et médias ont parcouru le nouveau menu. 

Il faut dire que le chef Zoumis était attendu au tournant. La barre était haute pour l’ancien chef personnel de la famille de Guy La Liberté chez Cavalli et créateur du menu du Dinerbar Deville.

La mezzanine du Time Supper Club
À la lecture du menu et face à la diversité de plats qui y sont inscrits, on sent qu’une recherche a été faite pour créer le maximum de contrastes dans les plats offerts. On y propose plusieurs types de viande ou plats végétariens. Chacun des intitulés des plats (et leurs réalisations) démontre une maîtrise des cuissons, des assaisonnements et des associations pour la plupart originales. 

Comme pour l'ouverture du Vicolo, nous avons eu un aperçu du menu (1 plat par table de 8) en goûtant à plus de la moitié des plats proposés sur la carte. Pour ma part, même s’il m’arrivait de ne pas pouvoir goûter à l’ensemble des saveurs d’un même plat partagé en 8, j’ai trouvé que certaines assiettes sortaient du lot comme le ceviche, le méli-mélo de betterave ou encore le confit de canard fondant.

Je vous invite à lire la légende des photos ci-dessous pour avoir une description détaillée des plats. En ce qui concerne la salle, elle semble idéale pour les événements corporatifs, les mariages ou tout autre événement de grande envergure.

Tartarte d’agneau, jaune d’oeuf salé, huitres tempura, tabouleh orge soufflé, avocat, hummus, harissa
Ceviche Péruvien de poisson et fruits de mer, noix de mais, citron vert, coriandre
Méli-mélo de betteraves, quinoa, canneberge, cendrillon, amandes fumées
Mozzarella di Buffala, crostini au levain, pesto roquette, onions caramélisés, lardon à l’érable, escarole braisé, anchois, sel de mer
Gravlax de thon tandoori, crème fraiche de yuzu, betterave jaune, chou-fleur
Confit de canard du Lac Brome, pomme de terre salardaise, chou de bruxelles, réduction moutarde pourpre
Crédits photos : Mathilde Mercier

Nouveau menu du chef Zoumis au Time Supper Club 
977 Rue Saint-Jacques, Montréal | (514) 392-9292
Service traiteur disponible


MATHILDE MERCIER - rédactrice en chef Amatrice de bons vins et de bonne bouffe, Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle Accro aux réseaux sociaux, elle est au courant des bons plans. Elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée. Twitter | Instagram | LinkedIn | Lire ses billets

Je suis une grande consommatrice de rouge à lèvres, avec une préférence marquée pour le rouge dans toutes ses nuances au grand dam de mon Monsieur qui lui n'aime pas les couleurs flashy ou foncées.

Mais que voulez-vous? J'aime bien ce côté rouge pétard. D'ailleurs, je ne me gêne pas pour en porter au quotidien, sans raison particulière, même quand je ne sors pas et que je suis seule à la maison.


Comme c'est bientôt la St-Valentin et que je veux aussi plaire à Monsieur pour cette occasion sans sacrifier mes goûts habituels, j'ai "renouvelé" mon stock de rouge à lèvres avec des teintes discrètes ou légèrement irisés, mais je n'ai pas oublié le bon vieux rouge que j'aime tant.

J’ai fait mon choix parmi les gammes de Marcelle et Annabelle. J'aime beaucoup ces deux marques. Leurs rouges à lèvres ne coûtent pas chers et ce sont des marques canadiennes.



Ne vous fiez pas au rose-fushia pétant de ce brillant à lèvres.

Une fois appliqué, « Flirt » apporte juste ce qu’il faut de brillance pour taper dans l’œil de votre chéri (ou futur chéri) sans ressembler à une Barbie.

La texture n’est pas collante (hyper désagréable le gloss qui colle à l'écharpe) et la couleur discrète. Environ 10$




J’ai vraiment aimé le côté passe-partout de ce brillant à lèvres. 

Je pourrais autant le porter pour une date que pour un événement professionnel. Je me demande pourquoi ils l’ont appelé « passion ».

Qu’est ce qui détermine le choix d’un nom pour un cosmétique plutôt qu’un autre? La passion a–t-elle une couleur? Environ 10$

C'est MA couleur spécial St-Valentin favorite!

Mais prévoyez plusieurs retouches pour ce rouge à lèvres mat car si la couleur est intense, elle s’estompe aussi très vite.

Après deux gorgées de vin, il faut ressortir la trousse de maquillage. De toute façon, vous ne buvez pas de vin ce mois-ci, alors ce n’est pas très grave, n’est-ce pas? À noter : il hydrate aussi les lèvres ! Environ 12 $ 



Il est beaucoup moins intense que son collègue « Amour » et idéal si vous voulez mettre l’accent sur vos yeux en contrastant avec une légère brillance sur vos lèvres.

Au quotidien, je l'applique avec un maquillage des yeux neutres. Sympa pour donner un peu de peps à un maquillage nude. Environ 12$


Et n'oubliez pas que des lèvres exfoliées et hydratées subliment n'importe quel rouge à lèvres! 


RÉDACTRICE EN CHEF
Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle, intéressée par la question de la diversité, accro aux réseaux sociaux et à l’affût des activités gratuites, elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée.
Comme je fais toujours les choses un peu à l'envers, aujourd'hui je vous propose un bilan de mon défi 28 jours sans alcool (qui commence normalement au début du mois de février). Alors que plein d'amies blogueuses l'ont commencé il y a 11 jours, je termine le mien demain!

L'année dernière, j'ai participé au défi 28 jours sans alcool lancé par la Fondation Jean Lapointe. Pour en apprendre davantage sur le défi, je vous réfère au site de la Fondation ou encore à mon article de l'année dernière.

Le "Bon Vivant" est un mocktail préparé par Proxibar. Il contient du basilic frais, de la purée de mangue, du jus de citron frais, du sirop du Lab Gingembre Infernal et du soda. Délicieux! Crédit photo : Mathilde Mercier. Carnet d'une Réunionnaise 2015
En 2014, j'avais triché 4 jours sur les 28 jours de sobriété demandés. Alors, j'ai décidé de retenter le challenge en 2015 et de le commencer dès le 15 janvier (jour de lancement à la Guilde Culinaire). J'aurai donc fini mon défi demain

Une fois de plus, les mêmes questions m'ont été posées durant cette période : « pourquoi tu ne bois pas? À quoi sert ce défi? Quel en est l’intérêt? » Et comme à chaque fois, outre la curiosité, je ressentais aussi de l'incompréhension de la part de mes amis ou de mes connaissances.

Parfois l'incompréhension faisait place à la critique, comme si je devais me justifier, comme si je faisais un défi inutile ou encore comme si j'étais alcoolique et que je devais me prouver quelque chose à moi-même! J'ai aussi reçu du soutien et des encouragements. C'est super motivant. Merci!

À chaque fois qu'on me posait la question, je prenais le temps d'expliquer ou réexpliquer ma démarche et celle de la Fondation, non sans me dire à moi-même "wow, c'est fou comme on ressent une espèce de pression". 

Avez-vous déjà remarqué qu'à part de l'eau, il n'y a pas d'options non alcoolisées en soirée? Il faut ramener sa propre boisson sans alcool aux partys ou alors se résigner à ne faire que des brunchs ou des afternoon tea en journée. C'est plate de boire sa bouteille de moût de pommes toute seule.

Je me sentais un peu seule avec ma bouteille de moût de pomme mais j'ai quand même passé une super soirée! Crédit photo : Mathilde Mercier. Carnet d'une Réunionnaise 2015
Au bar, à l'apéro entre amis ou en soirée entre blogueuses, mon verre de vin m'a manqué, mais je suis contente d'avoir tenu ma résolution avec un peu moins de difficulté que l'année dernière. Jusqu'ici, j'ai triché une seule fois. C'était lors du Gala des Grands Prix du Design. Et d'ici demain, j'aurai fini le défi!

Et vous, seriez-vous capables de relever ce défi? En tout cas, sachez que vous pouvez faire un don à la Fondation, même si vous ne relevez pas le défi.

Je vous laisse sur cette vidéo tournée à la Guilde Culinaire lors du lancement. Comme vous pourrez le remarquer, je ne suis toujours pas aussi douée que Clément! ;)




RÉDACTRICE EN CHEF
Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle, intéressée par la question de la diversité, accro aux réseaux sociaux et à l’affût des activités gratuites, elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée.