Post Top Ad

6 mars 2014

Randonnée avec les chiens de traîneau : vis ma vie de musher

Voici le récit d'une journée sportive, glacée mais aussi pleine de boules de poils et de "mignonitude"! Cela fait un  an maintenant que je suis au Canada. Un an que je rêve d'approcher des chiens de traîneaux et de faire un bout de chemin avec eux, un an que je vois des amis y aller et que je me languis du jour où j'aurai moi aussi cette chance.. Eh bien, c'est chose faite! J'ai fait mon baptême de traîneau!

Crédit photo : Clément Douillet
Il a fallu se lever tôt pour aller jusqu'à Rivière Rouge afin de retrouver l'équipe expédition Wolf afin de se préparer à la journée qui nous attendait. Première belle surprise, nous rencontrons des gens passionnés par leur métier et par leurs animaux. Le ton est donné!

Nous découvrons un grand chalet en bois avec un intérieur cosy et chaleureux. Un beau feu de cheminée nous attend ainsi que le petit-déjeuner, de quoi prendre des forces avant de rejoindre les chiens. On nous brieffe sur le parcours et on nous prête des grosses mitaines avec des paires de bottes fourrées (il fait -30 degrés celsius dehors!).

Tous les groupes sont arrivés, nous sommes une quinzaine. Les accompagnateurs nous guident à travers leur immense territoire enneigé et nous commençons à distinguer les boules de poils qui les accompagnent au loin. C'est l'euphorie générale parmi les 250 chiens présents! À la vue des mushers, ça jappe, ça hurle, ça saute. Ils ont compris : ce matin, c'est virée dans les bois!

Crédit photo : Clément Douillet
Par petits groupes, les accompagnateurs nous forment à la conduite d'un traîneau et nous enseignent les gestes indispensables pour piloter l'engin par ce temps et avec toute cette poudreuse. Nous serons deux par équipage, tantôt pilote, tantôt passager, avec 6 chiens par traîneau. Pour mon plus grand plaisir, nous sommes vite mis à contribution dans la préparation de l'attelage.

La composition des équipages est stratégique. Rapides? Musclés? Stabilisateurs? Chaque chien est unique et possède une compétence qui lui est propre.

Lorsque nous emmenons les chiens aux mushers chargés de les préparer, on se rend compte qu'ils les connaissent tous. Près de 250 chiens, et les mushers connaissent tous les prénoms! Incroyable!

Les chiens sont prêts et ça tire fort sur les attelages. À l'instant ou le premier traîneau s'élance, tous les autres suivent à toute allure! On aurait dit qu'ils attendaient ça depuis toujours. Ils exultent. Je les sens complices, liés, attentifs. Nous glissons au bon milieu de paysages magnifiques. La poudreuse de la veille est encore accumulée partout sur la route, le soleil est au rendez-vous.
Crédit photo : Aurore Dijoux
J'ai les larmes qui gèlent, mais cela ne fait rien, je suis bien trop occupée à m'en mettre plein les yeux. Parfois, les chiens sont fous. Un regain de liberté les gagnent, ils prennent de la vitesse et tentent de dépasser le traîneau de devant. On doit les freiner, le chemin est bien trop serré, ce serait l'accident assuré.

Après plus de 10 km, et pas mal de pentes dans lesquelles le musher a dû descendre et pousser le traîneau, nous faisons une halte dans un petit chalet en bois où du chocolat chaud et des biscuits au sirop d'érable nous attendent. Nous nous déchaussons pour nous réchauffer près du poêle. Au bout de quelques minutes, mes orteils reprennent vie! Je décide de sortir féliciter mon attelage avant de repartir. Quel accueil! Ça se bouscule pour avoir des papouilles, des câlins.. quant à moi j'ai fini démaquillée

On entame la seconde partie de l'expédition. Assise à bord du traîneau lors de la première partie de l'expédition, je prends les commandes cette fois-ci, ravie de "passer aux choses sérieuses". L'Homme prend place à l'avant, armé de son appareil photo. Je suis ravie, debout, fièrement, derrière mes 6 chiens qui ont déjà plusieurs km au compteur, mais autant de hargne pour filer à travers les bois. 

L'expédition ne tarde pas à toucher à sa fin et nous arrivons à destination. Les chiens sont ravis et fiers de leur exploit. Vient l'heure des récompenses et des câlins! Quant à moi, je suis tout aussi ravie et surtout gaga de mes nouveaux amis... et l'Homme aussi!

Après avoir raccompagné notre équipage à leur niche, on nous fait une proposition inattendue : ''voulez-vous aller voir les ''puppies''?'' Autant vous dire que dans ma tête ça donnait quelques chose comme ''AAHHHHHH des bébéééééééssssss ohhhhhhhhh!!!'' Une gamine de 5 ans...

Crédit photo : Clément Douillet
Il faut savoir que d'années en années, de plus en plus de chiens sont abandonnés devant le refuge par des propriétaires peu scrupuleux.. Les propriétaires ont donc décidé de limiter les portées à une seule par année afin de freiner cette courbe démographique folle!

Cependant, il arrive parfois que des loups se baladent un peu trop près de la meute et trouvent des femelles husky ou malamute à leur gout. Quelques semaines plus tard naissent des mi-chiens mi-loups! Il y en avait d'ailleurs un attelé sur l'un des traîneaux ce jour-là, blanc cendré, gigantesque, magnifique. Un petit fils de loup Canadien. Cette expédition extraordinaire sera passée à une vitesse folle et se terminera avec les léchouilles d’un futur champion qui, d’ici quelques mois vous emmènera peut-être vous aussi à la conquête du Grand Nord! 

9552,  Route 117 Sud,
Rivière-Rouge, QC 
Canada, J0T 1T0 
+ 1 819 275 1601

---------------
AURORE DIJOUX - RÉDACTRICE
Aurore est une jeune Réunionnaise installée à Montréal depuis deux ans. Accro au thé et Ukulélé girl, elle aime partager ses coups de cœur, découvrir de nouveaux restaurants branchés et écrire des critiques ciné@Aurore_Dijoux Ses billets

16 h 49 / by / 0 Comments

Aucun commentaire:

Publier un commentaire