Post Top Ad

14 mai 2015

Silent Night de Puts, quand l’opéra s’invite dans un no man’s land

C’est presque devenu une coutume chez Carnet d’une Réunionnaise. Une fois par mois environ, un membre de l’équipe assiste à la répétition générale d’un des opéras présentés par l’Opéra de Montréal.

Yves Renaud - Courtoisie Opéra de Montréal
Comme à chaque fois que vient mon tour, je vous mets en garde et je vous préviens de la subjectivité de mes commentaires. Mais cette fois, je pense être objective en affirmant que Silent Night est un opéra qui plaira tant aux néophytes qu’aux initiés. Mentionnons aussi que l’opéra a reçu le prix Pulitzer de la musique en 2012!


Résolument moderne, le premier opéra du compositeur américain Kévin Puts et du librettiste Mark Campbell s’inspire du film Joyeux Noël (2005) réalisé par Christian Carrion. Il raconte la trêve miraculeuse entre des soldats français, allemands et écossais qui a eu lieu un 24 décembre 1914.

Les rôles principaux sont tenus par les meilleurs chanteurs canadiens du moment tels que Marianne Fiset (Anna Sørensen), Phillip Addis (Lieutenant Gordon), Joseph Kaiser (Nikolaus Sprink) et Daniel Okulitch (Lieutenant Horstmayer).

L’orchestre est « polyvalent ». Il est capable de jouer du classique et de faire instantanément la transition vers de la musique de combat, mais aussi de passer de la cornemuse aux tambours militaires sans fausses notes.

Yves Renaud - Courtoisie Opéra de Montréal
La direction artistique est recherchée. Le placement des acteurs et la chorégraphie des combats ou des échanges entre soldats donnent l’impression d’être au cinéma version 3D puissance 10. 

Richard, mon invité, a aussi particulièrement aimé les clins d’œil faits aux trois cultures : les Écossais qui tiennent à se dissocier du reste de l’Angleterre, les Français toujours en train de parler de bouffe et de boire du café, ainsi que les Allemands perfectionnistes mais aussi fêtards que tous les autres.

Impossible de s’ennuyer durant cet opéra international mettant à l’honneur la langue allemande, anglaise (avec accent écossais s’il vous plaît), française et italienne, les trois premières étant celles des soldats et la dernière celle de la chanteuse d’opéra Anna Sørensen.

Je vous recommande d’y aller avant de visionner le film
pour ne pas gâcher l’effet de surprise!

16, 19, 21, 23 mai 2015 à 19 h 30
operademontreal.com | Billet à partir de 21,40$

MATHILDE MERCIER - rédactrice en chef Amatrice de bons vins et de bonne bouffe, Mathilde est branchée culture, mode et lifestyle Accro aux réseaux sociaux, elle est au courant des bons plans. Elle aime découvrir Montréal à travers ses yeux de Réunionnaise expatriée.



23 h 38 / by / 0 Comments

Aucun commentaire:

Publier un commentaire