Post Top Ad

20 août 2015

« SEIN(S), une autre histoire de cancer », enfin!

Courtoisie FMD
La poitrine, cet attribut féminin par excellence, a tendance à nous obséder ou parfois pas assez. On passe des heures à lobserver, sous toutes ses coutures, la souhaitant plus voluptueuse ou au contraire moins imposante. Elle nous intéresse dabord par son côté « accessoire ». Celui qui nous donnera plus de confiance, plus de prestance ou même plus de personnalité pour certaines.

Mais durant tout ce temps à douter sur ses formes, sa masse et son rendu, combien de fois se pose-t-on à la question de savoir si elle est en bonne santé? Notre poitrine, outre le fait quelle puisse être une arme de séduction ou une zone de plaisir, est composée de cellules, de membranes et de glandes. Autant que de raisons quil faudrait pour se rappeler den prendre soin.


Flora Bidaud (C) Carnet d'une Réunionnaise.

Le cancer du sein est le cancer le plus courant chez la femme et daprès la Fondation du cancer du sein du Québec, il est estimé selon les tendances observées quune femme sur neuf risque den développer un au cours de sa vie. Heureusement, le risque de mortalité diminue en même temps que le développement de promotions de dépistage et de sensibilisation augmente. 

Le cancer ne doit désormais plus être considéré comme une fatalité, mais plutôt comme un envahisseur à extrader. Lili Sohn limage dailleurs avec justesse à travers son tumblr Tchao Günther. Diagnostiquée à l’âge de 29 ans, cette Française dorigine et Québécoise de coeur raconte avec humour et optimisme son combat contre ce salaud de Günther, son cancer du sein personnifié. Épisode après épisode, la bédéiste dépeint ses découvertes, ses craintes, ses victoires et ses pieds de nez face à la maladie. Le but est avant tout de dédramatiser et dinformer, Lili en a fait son credo.

Flora Bidaud (C) Carnet d'une Réunionnaise.
Avec son amie styliste Jenn Pocobene, elles créent ensemble le projet SEIN(S). Révéler en photos et en dessins des femmes atteintes par la maladie, dépourvues de lun ou de leurs deux seins, mais des femmes en vie, bourrées de féminité et pleines de volonté! Cette exposition présentée au Festival Mode & Design de Montréal est une nouvelle manière pour ces artistes de sensibiliser au dépistage. Ultra colorées, rafraichissantes à souhait et débordantes denthousiasme, ces photographies balayent également la noirceur usuellement associée à la maladie et contribuent ainsi à laffaiblir davantage dans les esprits.

Ladage « mieux vaut prévenir que guérir » est donc plus que jamais vérifié en matière de cancer du sein dautant quil existe de nombreuses techniques de détection simples à réaliser. Sans virer hypocondriaque, prenez l’habitude et le temps dobserver, de toucher votre poitrine afin de mieux la connaitre. Vous pourrez ainsi facilement observer une anomalie et consulter au besoin.

Votre santé est précieuse, celles des femmes de votre entourage aussi. Nhésitez pas à en discuter avec vos mamans, soeurs, cousines, amies, Tchao Günther pourra même peut-être vous aider aborder le sujet avec légèreté. Pour une fois quun récit présagé comme désespéré laisse dans son sillage autant de sourires et despoir, ça vaut bien la peine d’être partagé!

Jusquau 22 août 2015
Place des Festivals

FLORA - rédactrice-pupitreuse Tombée en amour du melting pot Montréalais, Flora veut tout voir, tout faire, tout vivre! Adoptant un style proche du gonzo journalisme, elle met des mots sur les émotions pour vous faire partager les expériences qui l’ont fait vibrer.

14 h 36 / by / 0 Comments

Aucun commentaire:

Publier un commentaire