Post Top Ad

7 mai 2015

Le Tour du monde en 80 jours au TNM

Le Théâtre du Nouveau Monde nous a fait voyager le 1er mai dernier lors de la première médiatique du Tour du monde en 80 jours, mis en scène par Hugo Bélanger (qui avait aussi adapté Peter et Alice l’année dernière) d'après le roman d’aventures et la pièce de l’auteur français Jules Verne.
Courtoisie : Théâtre du Nouveau Monde
L’œuvre adaptée au théâtre nous emmène sur les traces de Philéas Fogg, gentleman londonien (interprété par Benoit Gouin) et de son valet Français Passepartout (Stéphane Breton), qui se glissent dans la peau d’aventuriers en faisant le pari fou de traverser le monde en 80 jours, de Suez, à San Francisco en passant par l’Inde. Durant leur périple, ils seront suivis par l’Inspecteur Fix (Carl Béchard) qui est en charge de stopper leur progression pour les reconduire à Londres.

Courtoisie : Théâtre du Nouveau Monde
Nous sommes mis dans l’ambiance par des bruits d’écrous et de mécanismes dès la levée du rideau. L’atmosphère est vaporeuse, le public trépigne. Comme pour « Peter et Alice », Hugo Bélanger a misé sur le dynamisme, la poésie et l’univers fantastique dans cette pièce pour divertir et dépayser le public. Les actes s’enchaînent et chacun d’eux rapporte son lot de surprises : éléphant rêvé, ombres chinoises, bateau tanguant sur une mer déchaînée. Les décors sont minimalistes, mais beaux.

Le metteur en scène a orienté sa démarche vers le jeu corporel des acteurs, ainsi que les arts du spectacle de chacun des pays visités. La pièce est ludique, drôle et intelligente. Elle nous questionne sur notre rapport aux différentes cultures par l’intermédiaire de la princesse Indienne Aouda (jouée par Tania Kontoyanni) qui vient ébranler les convictions très occidentalistes de Fogg.

Courtoisie : Théâtre du Nouveau Monde
Benoit Gouin interprète à merveille le flegme anglais de Phileas Fogg dont le pragmatisme frôle parfois l’absurde. Son acolyte, Stéphane Breton, complète le duo en nous offrant un Passepartout naïf et intrépide.

À en juger par les réactions du public, surpris de trouver là une pièce drôle et ingénue, je ne doute pas que les prochaines représentations soient complètes! De mon côté, j’ai été séduite, alors n’hésitez pas à regarder s’il reste des places à vendre

Théâtre du Nouveau Monde
du 28 avril au 23 mai.
De 17.50 à 59 $


AURORE DIJOUX - rédactrice Aurore est une jeune Réunionnaise installée à Montréal depuis deux ans. Accro au thé et Ukulélé girl, elle aime partager ses coups de cœur, découvrir de nouveaux restaurants branchés et écrire des critiques ciné.
12 h 34 / by / 0 Comments

Aucun commentaire:

Publier un commentaire